Blogs

La mondialisation de la solidarité n’existe pas”

Par Pauline Pruvost, Chargée de plaidoyer, Avocats pour la santé dans le monde. An English version follows!

Le 21 mai, journalistes et acteurs du développement étaient réunis pour la publication du Rapport Annuel d’Unitaid. La présentation des résultats de l’organisation depuis 2006 a été l’occasion pour Philippe Douste-Blazy, le président du Conseil d’Administration, et Denis Broun, le directeur exécutif, de réaffirmer l’urgente nécessité de valoriser les financements innovants en faveur du développement.

Tout commence en 2006, quand  le Brésil et la France mettent en place une "idée farfelue et bizarre": prélever une taxe modique sur les billets d’avion pour financer les programmes d’aide au développement. En sept ans elle rapportera plus d’un milliard d’euros et UNITAID en est le principal bénéficiaire.

UNITAID a ainsi créé un précédent en prouvant que les taxes peuvent être un vecteur de développement humain sans entraver le développement économique.  Mais l’organisation n’est pas simplement innovante par son financement mais également en raison de son mode de fonctionnement.  En centralisant les achats de traitements et d’outils pour le Sida, la tuberculose et le paludisme, UNITAID obtient les meilleurs prix possibles, permettant ainsi au pays et population du Sud un accès abordable aux soins pour les trois pandémies  Si bien que cela  a par exemple permis de dépister le VIH chez 8 millions de femmes enceintes, de fournir 327 millions de traitements contre le paludisme ou encore de traiter plus de 15 000 personnes contre la tuberculose multi-résistante.

Pour Philippe Douste-Blazy, UNITAID doit servir d’exemple : « (c’est) un petit laboratoire dont les résultats doivent être dupliqués à plus grande échelle et ce notamment avec la Taxe sur les transactions financières dont 10% seront alloués au développement »

Les pays de l’OCDE souffrent d’une crise budgétaire et l’APD devient une variable d’ajustement avec une baisse de plus de 5% pour l’ensemble des pays du Comité d’Aide au Développement (CAD). Pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement, il faudrait débourser 175 milliards de dollars par an. En 2012, les montants ne dépassaient pas 138 milliards

Dans ce contexte budgétaire serré, des initiatives comme UNITAID peuvent et doivent avoir un effet catalytique puissant et  montrer le chemin à d’autres formes de financements innovants. Plusieurs initiatives sont mises sur la table, à l’instar de la taxe sur les paquets de cigarettes qui rapporterait 5,5 milliards de dollars par an selon l’OMS, ou une taxe sur les transactions financières au niveau européen en cours de négociations. Les solutions existent mais il manque l’engagement politique nécessaire pour les concrétiser et pour faire face aux réticences des lobbys concernés. Comme le note Philippe Douste-Blazy, "la mondialisation de la solidarité n’existe pas".

Les 17 et 18 juin prochains, les dirigeants des pays du G8 auront l’opportunité de lui donner tort. A voir s’ils la saisissent ou non.

____

"The globalization of solidarity does not exist"

On the 21st of May journalists and development actors gathered for the presentation of the UNITAID annual report. The presentation of the organization’s results since 2006 was the opportunity for Philippe Bouste-Blazy, the Chairman of the Board of Directors, and Denis Broun, the Executive Director, to reaffirm the urgent need to promote innovative financing for development.

The whole thing started in 2006 when Brazil and France set up a "wacky and weird idea": to levy a small tax on airline tickets to finance development aid programs. Seven years later, it has helped to bring more than one billion euros and UNITAID is the main beneficiary.

UNITAID has set a precedent by showing that taxes can be a vector of human development without impeding economic development. But the organization is not only innovative in its funding but also in its mechanisms of operation. By centralizing purchases of treatments and tools against Aids, Tuberculosis and Malaria, UNITAID gets the best price possible allowing countries and people from the South to have access to affordable health care for the three diseases. So that UNITAID has allowed to detect HIV among 8 million pregnant women, to provide 327 million treatments against malaria or to treat more than 15,000 people against multidrug-resistant tuberculosis.

 According to Philippe Douste-Blazy UNITAID must be an example “It is a small laboratory, its results need to be replicated on a larger scale with for instance the French Financial Transactions Tax of which 10% will be allocated for development.”

The OECD countries suffer from a fiscal crisis and ODA is becoming the adjustment variable with a decrease in more than 5% for the countries of Development Assistance Committee (DAC). To achieve the Millennium Development Goals, we need $ 175 billion per year. In 2012, global ODA didn’t exceed $ 138 billion.

In such a tight fiscal environment, initiatives like UNITAID have and must have a strong catalytic effect by showing the way to other forms of innovative financing.

Several initiatives are under consideration, like the tax on packs of cigarette that would bring in $ 5,5 billion a year according to WHO or the European Financial Transactions Tax which is currently being negotiated. There are solutions but it lacks the necessary political commitment to implement them and to deal with the reluctance of the lobbyists involved. For Philippe Douste-Blazy, "globalization of solidarity does not exist."

On the 17th and 18th of June, the leaders of the G8 countries will have the opportunity to prove him wrong. Let see if they will seize it or not.